Ouvrir le menu mobile YouVape

Acheter sa première cigarette électronique

Arrêter de fumer plus facilement avec la cigarette électronique

De plus en plus de fumeurs font confiance à la vape pour arrêter de fumer, sans souffrir du manque.
Vous pouvez le faire aussi.
C’est le bon moment 💪

Vapoter réduit les risques de 95% par rapport au tabac.

Vapoter

Quel modèle retenir ?

Oui, ça paraît compliqué, il y en a tellement. Mais en allant droit au but, c’est facile : pour vous lancer avec succès, vous n’avez réellement besoin que de deux choses :

  • Une vraie cigarette électronique efficace et assez autonome.
  • Le bon taux de nicotine pour vous préserver du manque.

Trois clics pour choisir

Le bon choix pour vous dépend de votre consommation.
Dites-nous combien vous fumez de cigarettes par jour, et nous pourrons vous indiquer le meilleur kit actuel, et le eliquide adapté.

Combien de cigarettes fumez-vous ?

Cochez votre consommation moyenne :

 

La Faq de votre première cigarette électronique

Les réponse à toutes vos questions sur le vapotage

Comment vapoter la première fois ?

Si vous n’avez jamais essayé de vapoter avec une cigarette électronique, vous vous demandez certainement comment ça se passe.

Comme une cigarette

Hé bien, c’est très simple : avec les modèles que nous vous proposons ici, c’est pareil que pour une cigarette classique. Vous procédez en deux temps : vous aspirez d’abord la vapeur dans la bouche, puis vous inhalez. Vous n’avez même pas à appuyer sur un bouton, ces kits de ecigarettes sont automatiques.

 

Vapoter sans hésiter

Ceci dit, c’est un peu différent quand même, et il est possible que vous ayez besoin de quelques heures pour vapoter sans vous étrangler.
Si cela vous arrive, c’est parce que la nicotine et le goût de la vapeur ne vous donnent pas exactement les mêmes sensations que la fumée. Du coup vous pouvez hésiter au moment d’inhaler, et ça passe de travers.

 

Le secret, c’est de rester calme et de ne pas y réfléchir. La vape fait partie de ces choses qui se font très naturellement sans y penser, mais qu’on n’arrive plus à faire quand on se pose trop de questions.

Prenez simplement le temps d’expérimenter un peu :

  • Aspirez la vapeur dans la bouche, calmement, sans forcer, comme avec vos cigarettes, pendant 2 ou 3 secondes.
  • Inhaler la vapeur dans les poumons, franchement, sans hésiter ni forcer.

 

Inhalation directe ou indirecte

Un dernier mot. Dans la vape, cette manière de vapoter s’appelle l’inhalation indirecte, au sens où l’on aspire d’abord dans la bouche, avant d’inhaler. On dit aussi MTL, pour Mouth To Lung en anglais. C’est en fait la manière dont on s’y prend pour fumer une cigarette, un cigare ou une pipe.

 

Mais il existe une autre manière de vapoter : l’inhalation directe (ou DL pour Direct Lung en anglais). Cette fois, on inhale la vapeur directement dans les poumons. C’est le même principe que la chicha. Vous avez certainement vu des vapoteurs le faire : ils font d’énormes nuages de vapeur.

 

C’est rigolo, et vous avez peut-être envie vous-même de faire des clouds. Or, dans 90% des cas, ce n’est pas une bonne idée. Ceux qui font de gros nuages sont des vapoteurs qui ont terminé leur sevrage, et qui n’ont plus besoin de nicotine. Vous, vous commencez, donc vous en avez besoin pour passer le cap du sevrage du tabac.
Or, mettre un taux de nicotine suffisant dans un tel volume de vapeur est insupportable : ça pique trop fort.

 

Bref, ce n’est pas le moment. Si vous avez envie de faire de gros nuages, patientez un peu avant de le faire, et prenez le temps d’abord de vous sevrer complètement du tabac.

Comment mettre en route ma cigarette électronique ?

Les vapoteuses que nous vous proposons ici sont très simples à mettre en route. Lorsque vous recevrez la vôtre, le mode d’emploi vous permettra de la mettre en service en quelques minutes.

 

Voici les grandes étapes, valables pour tous les modèles. Une seule vigilance à avoir : n’essayez pas de tirer sur votre kit avant d’avoir réalisé toutes les étapes, vous pourriez griller votre résistance.

1. Chargez votre batterie

La batterie d’une cigarette électronique neuve est en général chargée à moitié (c’est ainsi qu’elle ne s’abîme pas pendant son stockage). Vous pourriez donc vapoter directement, mais puisque vous allez prendre un peu de temps pour démarrer votre kit, autant la mettre à charger pendant ce temps.

Pour le faire, branchez-la, avec le câble usb fourni, à un adaptateur 5 volts, ou à une prise usb de PC par exemple.

2. Mettez en place la résistance

Si vous avez choisi le Kit Pod Kiwi, vous pouvez passer à l’étape suivante : la résistance est intégrée à la cartouche, vous n’avez pas à vous en occuper. Lorsqu’elle est usagée, changer simplement la cartouche elle-même.

 

Avec le pod Flexus Stik :

  • Retirez la cartouche en tirant dessus.
  • Amorcez votre résistance en déposant quelques gouttes de e-liquide sur le coton, à l’extérieur et à l’intérieur.
  • Glissez la résistance dans son logement.

 

Avec le Kit Gozee :

  • Dévissez le clearomiseur de la box.
  • Dévissez la base du réservoir.
  • Amorcez votre résistance en déposant quelques gouttes de e-liquide sur le coton, à l’extérieur et à l’intérieur.
  • Glissez la résistance dans son logement.

 

3. Remplissez le réservoir

Le réservoir contient le liquide pour cigarette électronique que vous allez inhaler. Composé d’un mélange de propylène glycol et de glycérine végétale (PG/VG), c’est lui que la résistance de votre cigarette électronique vaporise en le chauffant.

Sur le Pod Kiwi :
  • Retirez la cartouche en tirant dessus.
  • Repérez le bouchon de silicone sur le côté en bas.
  • Ouvrez-le et remplissez le réservoir avec votre fiole de e-liquide.
Sur le Pod Flexus :
  • Retirez la cartouche en tirant dessus.
  • Retournez la cartouche et repérez le bouchon de silicone en dessous.
  • Ouvrez-le et remplissez le réservoir avec votre fiole de e-liquide.
  • Refermer le bouchon
Sur le Kit Gozee :
  • Faites glisser le chapeau du clearomiseur dans le sens de la flèche.
  • Remplissez le réservoir avec votre fiole de e-liquide.
  • Refermer le chapeau (top cap)

4. Attendez 5 minutes

Avec le pod Kiwi, attendez 5 à 10 minutes avant de vapoter : pour laisser le temps au coton, dans la résistance, de bien s’imbiber de e-liquide. Sinon, la résistance le ferait brûler.

Avec le kit Gozee et le pod Flexus Stik, si vous avez bien imbibé votre résistance, vous pouvez vapoter directement. Si vous n’en êtes pas certain(e), patientez 3 ou 4 min, pour la même raisons.

5. Vapotez

Avec les pods Kiwi et Vilter, vous pouvez vapoter directement.
Avec la Gen Fit, allumez d’abord la batterie, en cliquant 5 fois rapidement sur son switch. Ensuite, vous pouvez régler sa puissance sur trois niveaux, en cliquant 3 fois sur le switch.
Commencer à vapoter au niveau 2. Si c’est un peu trop fort, passez au niveau 1. Si vous voulez vapoter plus fort, passez au niveau 3.

Félicitation

Vous venez de réussir votre première séance de vapotage avec votre kit de cigarette électronique.
C’est une grande histoire qui commence, dont le tabac sera la victime.

Est-ce que la cigarette électronique fait tousser ?

Grande question, et la réponse  est… oui, mais non… en fait ça dépend. Ce n’est pas si simple !
Explications.

L’arrêt du tabac fait tousser

Si vous arrêtez de fumer, vous toussez. À première vue, c’est bizarre, mais cela s’explique très bien.

 

Inhaler de la fumée irrite la gorge. On s’en aperçoit bien lorsque, par mégarde, on respire la fumée d’un barbecue. Pourtant, en fumant une cigarette, vous ne toussez pas tant que ça. C’est qu’il y a un truc. Il y a d’abord la manière d’inhaler, dont on prend l’habitude après les premières cigarettes, qui font bien tousser. Mais ce n’est pas la principale explication : si la fumée de cigarette n’était pas “améliorée”, vous auriez très vite la gorge en feu.

 

Or, les fabricants de cigarettes veulent qu’on en fume le plus possible, donc sans ressentir d’irritation. Alors ils ajoutent des additifs, qui rendent la fumée en apparence plus douce (miel, chocolat…), et d’autres qui masquent l’irritation en anesthésiant les muqueuses (avec du menthol par exemple).
Du coup, vous fumez, votre gorge s’irrite de plus en plus, mais vous ne le sentez pas, et vous ne toussez pas.

 

Par contre, si vous arrêtez de fumer, votre gorge est toujours irritée, mais vous n’avez plus d’apport d’anesthésiants. Vous sentez de plus en plus l’irritation, et vous toussez de plus en plus.
Ça dure une ou deux semaines, le temps que votre gorge guérisse des blessures de la fumée.

 

Au début, la vapeur peut faire tousser

Tant que vous avez encore la gorge irritée par la fumée du tabac, la vapeur qui passe sur ces irritations dans votre gorge peut picoter, et vous faire tousser par réflexe. Les eliquides ne contiennent pas d’additifs masquant.

En effet, la vapeur est conçue pour produire du ‘hit”. C’est un picotement, qui provoque une légère contraction du larynx quand vous inhalez. C’est une sensation que l’on apprécie quand on fume du tabac, et qui est donc un élément important du réalisme de la vapeur des e-liquides.

 

Lorsque vous serez vapoteur(se), et que votre gorge sera guérie des blessures du tabac, vous apprécierez ce hit.
Mais au début, ça picote parfois un peu fort et cela peut vous faire tousser. Ce n’est pas systématique : certains vapoteurs ressentent un hit trop fort, d’autres non.

La vapeur n’est pas irritante

La fumée du tabac, et de n’importe quelle plante, est irritante pour la gorge, à cause de la chaleur, des goudrons et de certains produits chimiques créés par la combustion, qui se fait à plus de 800°.

 

La vapeur d’un eliquide elle, n’est pas issue d’une combustion. Elle est juste chauffée autour de 180/200°, pour vaporiser ses composants : de la glycérine végétale et du propylène glycol, qu’on appelle la base. Dans cette base sont dilués des arômes, pour le goût, et de la nicotine, pour faciliter le sevrage.
Aucun de ces ingrédients n’est irritant.

 

Vapoter ne blesse donc pas votre gorge, et ne prolonge pas le délai de sa guérison. Certes, cela peut picoter fort quand vous inhalez, mais ne crée pas d’inflammations supplémentaires.

 

Comment calmer ce picotement ?

Il y a deux manières de diminuer le hit pendant cette période de guérison, s’il est trop fort pour vous :

  1. Vapoter du menthol. Il a un léger effet anesthésiant, qui peut vous aider.
  2. Diminuer votre taux de nicotine. C’est en effet elle qui provoque principalement le hit.

Cette deuxième solution marche bien pour diminuer le picotement, mais elle pose problème pour votre sevrage : si vous avez besoin de tel taux de nicotine, mieux vaut ne pas le baisser. Vous avez donc trois solutions :

  • Ne pas baisser votre taux et tenir le coup pendant que votre gorge guérie.
  • Baisser votre taux momentanément, et vapoter plus pour compenser.
  • Choisir un eliquide au sel de nicotine.

Le sel de nicotine est en effet une forme de nicotine qui picote beaucoup moins.

Quittez au plus vite toute cigarette

Beaucoup de vapoteurs, au début de leur sevrage, continuent à fumer une cigarette en temps en temps. C’est tout à fait compréhensible, et personne ne peut vous le reprocher : certaines cigarettes sont plus difficiles à abandonner, même avec l’aide de la cigarette électronique.
Mais du coup, vous inhalez toujours de la fumée, qui entretien votre irritation de la gorge. Comme vous fumez moins, votre gorge guérie quand même, mais moins vite. Donc la période qui picote dure un peu plus longtemps.

Combien ça coûte de vapoter ?

C’est pour votre santé que vous arrêtez de fumer, on est bien d’accord. Mais… les sous, ça compte aussi ! Fichtre c’est que fumer coûte très cher. Si le fait de vapoter pouvait vous faire faire des économies, vous ne seriez pas contre !

Au moins 70% d’économies

Ne faisons pas durer le suspense. En vapotant normalement, sans faire d’effort particulier pour économiser, vous réduisez vos dépenses de plus 70 %, par rapport au tabac en cigarettes.

Pour avoir plus de détail sur ce que vous allez économiser, vous pouvez consulter le simulateur de budget que nous mettons à votre disposition.

Il met en évidence des choses intéressantes comme, par exemple, le fait que le coût de votre cigarette électronique ne compte que très peu dans votre budget, en particulier si on ne compare à des cigarettes de tabac. Démonstration.

  • Un kit à 25 € vous coûte 7 centimes par jour, soit une cigarette… par semaine.
    Autrement dit, ce kit est rentable au bout de l’équivalent de 3 paquets de cigarettes.
  • Un kit à 100 € vous coute 27 centimes par jour, soit une cigarette tous les deux jours.
    D’un autre point de vue, votre dépense est amortie en 10 paquets de clopes.

Le deuxième kit est bien plus cher, c’est vrai mais, rapporté à votre budget de cigarette, ça ne fait pas une grosse différence, et c’est très vite rentable.

Cela veut dire surtout que le prix ne devrait pas compter dans le choix de votre cigarette électronique : l’important, c’est qu’elle soit adaptée à vos besoins, et qu’elle vous plaise.

Acheter un kit parce qu’il n’est pas cher, mais dont la batterie ne va pas tenir la journée, c’est dépenser des sous pour rien, et vous mettre en difficulté pour votre sevrage

Inversement, acheter un kit sophistiqué, qui peut tout faire et qui vous coûte cher est peu pertinent : il ne correspond pas à vos besoins pour votre sevrage tabagique.

Comment ne surtout pas faire d’économies en vapotant ?

Les économies, vous détestez ça, alors nous vous suggérons deux manières de les éviter : choisir un taux de nicotine insuffisant, et utiliser des pods à cartouches préremplies de l’industrie du tabac, que l’on trouve chez les buralistes, et dans de très rares magasins de vape.

Se mettre en difficulté avec un taux de nicotine trop bas

Le taux de nicotine dont vous avez besoin au départ, pour tenir le coup pendant votre sevrage, est proportionnel à votre consommation de cigarette.
Chaque cigarette vous donne en moyenne 1mg de nicotine. Donc votre corps est habitué à avoir cette quantité de nicotine : 1mg multiplié par votre nombre de cigarettes.

Pour arrêter de fumer sans ressentir de manque, il vous faut donc la même dose, mais dans un eliquide.

 

Prenons un exemple, celui de Michel, qui fumait 15 cigarettes par jour. Il lui faut donc un taux de nicotine de 12mg/ml.
Mais il a choisi un eliquide en 6mg/ml, parce qu’il pense que la nicotine est nocive (c’est une idée fausse, mais très répandue).
Quelle est la conséquence de ce choix ? Il y a trois possibilités :

  • Une réussite plus coûteuse : il vapote deux fois plus pour avoir tout de même sa dose de nicotine. En contrepartie, il double donc son budget de vapotage. Mais bonne nouvelle, il arrive à arrêter de fumer.
  • Un sevrage plus long et difficile : Michel vapote normalement et quand il ressent trop le manque, il fume une cigarette. Vu le prix des cigarettes, il fait plus que doubler son budget prévu de vapotage et, surtout, il n’arrive pas vraiment à arrêter de fumer : il reste vapofumeur.
  • Un échec de sevrage : Michel vapote, mais ressent tout le temps un manque de nicotine. Il continue à fumer régulièrement et fini par abandonner la vape, en pensant que la cigarette électronique n’est pas pour lui.

 

Bref, en prenant un taux de nicotine insuffisant pour vos besoins, vous doublez votre budget de vape, et vous augmentez vos risques d’échec. L’addiction à la nicotine est très puissante, la prendre à la légère n’est pas une bonne idée.

Utiliser un pod à cartouches préremplies de e-liquide

Il existe des sortes de pods qui utilisent des cartouches de eliquides préremplies.
Ce sont les dispositifs les plus simples à utiliser, puisqu’il n’y a aucun entretien, à part recharger la batterie.
Les cartouches sont remplies d’un liquide de la marque. Lorsqu’elles sont vides, vous les jetez pour les remplacer par une autre.
Ce sont des kits que l’on trouve principalement chez les buralistes, et ils fonctionnent bien, il est possible d’arrêter de fumer avec eux.
C’est super alors, où est le problème ?
Le premier problème est dans l’autonomie, souvent très faible. Elle ne convient que pour des petits fumeurs, ou des personnes qui peuvent recharger leur vapoteuse en permanence. Pour les autres, il faudrait avoir 2 ou 3 pods pour tenir la durée.

 

Le deuxième problème est dans le prix des cartouches, et donc du eliquide. Les pods eux-mêmes ne sont pas chers, on peut avoir l’impression de faire une bonne affaire. Les cartouches ne semblent pas chères non plus, parce qu’elles contiennent très peu de eliquide.
Il faut faire un calcul pour se rendre compte.
Ainsi, une fiole de 10ml eliquide pour recharger une cigarette électronique classique coûte en moyenne 5.90 €. La même quantité de eliquide, dans des fioles préremplies, peut monter à plus de 40 € les 10ml (ça dépend des marques, il y a aussi un peu moins cher).

Résultat ? Avec ces kits, le coût des cartouches fait que votre budget de vape reste sensiblement égal à votre budget de cigarettes (et c’est bien le but des industries du tabac).

 

Pour conclure, on vapote d’abord pour arrêter de fumer et retrouver une meilleure forme ou santé. Mais faire des économies en même temps n’est pas négligeable : cela vous aide à maintenir votre motivation, et à améliorer votre vie quotidienne et celle de vos proches.

0